Votre plateforme d'informations personnalisée sur les maladies cardiovasculaires

Embolie pulmonaire

Prise en charge

Introduction

L’embolie pulmonaire est une urgence vitale. Une prise charge immédiate est nécessaire.

La prise en charge de l'embolie pulmonaire

Après une embolie pulmonaire, certains patients sont hospitalisés quelques jours. Un alitement systématique est rarement recommandé ; au contraire, une mobilisation précoce (lever) est recommandée dès qu’elle est possible. Néanmoins, il est important de ne pas faire d’efforts brutaux pendant quelques jours.

Un traitement anticoagulant est prescrit pour réduire l’extension et/ou le déplacement du caillot. Il est prescrit pour une durée minimale de 3 mois.

Une prise en charge préventive est nécessaire pour éviter le risque de récidive. La durée du traitement sera déterminée par le médecin en fonction de la cause de l’embolie pulmonaire.

Video title

YYMMDD Author/Uploaded by

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.


Les anticoagulants

À quoi servent-ils ?

Les anticoagulants diminuent la capacité du sang à coaguler et empêchent ainsi l’extension du caillot.

  • En situation normale : le sang circule normalement dans la veine.
  • En cas de phlébite : obstruction partielle ou totale d’une grosse veine de la jambe par un caillot et le caillot est susceptible de migrer au niveau d’une artère pulmonaire.
  • En cas d’embolie pulmonaire : le caillot a migré au niveau d’une artère pulmonaire ou l’une de ses divisions, et bloque partiellement ou totalement la circulation.
Rôle du traitement anticoagulant

Si un traitement anticoagulant est prescrit, il va limiter la capacité du sang à coaguler, limiter l’extension du caillot qui finira soit par disparaître soit par “s’intégrer” à la veine, et diminuer le risque de migration du caillot.

Cependant, il faut rester prudent car en cas de sous-dosage/oubli/arrêt précoce, un risque d’extension du caillot est présent. En cas de surdosage du traitement, c’est le risque de saignement qui est alors présent.

La durée du traitement anticoagulant varie d’un patient à un autre. Elle dépend de l’évaluation du risque de récidive. En cas d’embolie pulmonaire, une durée minimale de 3 mois de traitement anticoagulant est recommandée. La prolongation du traitement au-delà de ces 3 mois est décidée en fonction du risque de récidive de phlébite ou d’embolie pulmonaire. Pour éviter tout danger, il est indispensable de bien suivre son traitement quotidiennement et de respecter les doses prescrites.

Les différents types de traitement anticoagulant

Il existe différents types de traitement anticoagulants :

  • Un traitement anticoagulant oral (AOD)
  • Un traitement anticoagulant par voie injectable puis un traitement anticoagulant oral (AOD)
  • Un traitement anticoagulant par voie injectable puis par un traitement Antivitamine K (AVK) par voie orale (comprimé sécable)

Tout traitement anticoagulant nécessite une surveillance médicale étroite. Certains peuvent requérir des examens sanguins réguliers. Il est donc nécessaire de se reporter à la notice du médicament, au médecin ou au pharmacien pour toute question se reportant à votre traitement.

Traitement Anticoagulant Oral Direct (AOD)

La surveillance biologique n’est pas nécessaire pour s’assurer de l’efficacité de l’AOD. Il n’y a donc pas lieu de réaliser des INR ou tout autre test biologique régulièrement. L’absence de surveillance en routine ne doit pas conduire à privilégier systématiquement la prescription des AOD par rapport aux AVK, en particulier chez les sujets les plus âgés et/ou à risque hémorragique élevé. Dans tous les cas, une surveillance clinique étroite est recommandée tout au long du traitement.

Avant d'instaurer ce traitement anticoagulant, un contrôle de la fonction rénale (créatinine et clairance) doit être effectué et ensuite contrôlé régulièrement. Pour les patients insuffisants rénaux, la posologie doit parfois être adaptée.

Traitement anticoagulant par voie injectable

Les anticoagulants par voie injectable interviennent dans la prise en charge de l’embolie pulmonaire, associés au traitement par AVK par voie orale ou par un AOD. La première phase d’injections sous-cutanées se déroule avec 1 ou 2 injections par jour (matin et soir) et une prise de comprimés par voie orale (AVK ou AOD). Puis la seconde phase de traitement se fait par voie orale (AVK ou AOD).

En pratique, les injections sont le plus souvent faites par une infirmière, cela nécessite donc une prise de rendez-vous. Une formation afin de réaliser les injections quotidiennes par soi-même est possible, elle contient les différentes étapes à connaître afin de les réaliser : désinfection de la zone à piquer, pincement de la peau puis injection.

Traitement Antivitamine K (AVK) par voie orale

Le traitement Antivitamine K par voie orale intervient dans la prise en charge de la phlébite et de l’embolie pulmonaire, associé aux anticoagulants par voie injectable : La première phase d’injections sous-cutanées se déroule avec 1 ou 2 injections par jour (matin et soir) et une prise de comprimés par voie orale (AVK). Puis la seconde phase de traitement se fait par voie orale (AVK).

En pratique, la réponse au traitement étant différente selon le patient, il est nécessaire de trouver la dose adaptée à chacun, lors de l’instauration du traitement. La surveillance régulière tout au long du traitement est effectuée pour s’assurer de la bonne posologie, elle se fait par des prises de sang régulières mesurant l’INR (International Normalized Ratio). L’INR évalue l’activité du traitement, et doit se situer entre 2 et 3 en cas de traitement d’une phlébite ou d’une embolie pulmonaire. L’INR ayant tendance à fluctuer, il faut contacter un professionnel de santé en cas d’INR > 3 (surdosage) ou d’INR < 2 (sous-dosage, oubli du traitement).

Une alimentation équilibrée et une consommation modérée d’alcool sont recommandées. Certains aliments contiennent de la vitamine K en grande quantité et peuvent modifier l’INR. Ces aliments ne sont pas interdits, à condition de les répartir dans l’alimentation de manière régulière et sans excès.

Phlébite traitement

En cas de question sur votre médicament, n'hésitez pas à contacter votre médecin ou votre pharmacien. Vous pouvez également vous référer à la notice qui se trouve à l'intérieur de la boite de votre médicament.

 

EN SAVOIR PLUS | Bien vivre avec un traitement anticoagulant